Le gaspillage alimentaire, un triple enjeu

Bien que certaines personnes l’ignorent, le tiers des denrées alimentaires destinées à la consommation humaine dans les différents pays du monde est gaspillé. Rien qu’en France, plus de 9 millions de tonnes de produits alimentaires sont jetés chaque année. Les causes d’un tel gaspillage sont nombreuses et généralement liées à l’évolution des organisations familiales et des sociétés, aux changements de rythme de vie, à la perte des valeurs symboliques et monétaires de la nourriture par rapport aux autres activités et dépenses, aux nouveaux modes d’alimentation, … À cause de cela, les conséquences sont à la fois lourdes tant sur l’enjeu social qu’environnemental ou économique.

Le triple enjeu de la réduction du gaspillage alimentaire

Enjeux social et éthique

Dans le contexte social actuel propre à chaque pays et la perspective d’une crise alimentaire mondiale, jeter de la nourriture est devenu un geste inacceptable. Selon certaines statistiques, une personne sur 10 a du mal à se nourrir de manière convenable en France.

Enjeu économique

Qui dit gaspillage alimentaire dit inévitablement gaspillage d’argent, et cela a bien sûr un coût élevé. En France, les dépenses se situent entre 10 et 20 milliards d’euros par an (soit environ 160 euros par personne pour les seuls foyers).

Enjeu environnemental

Sur le plan mondial, le gaspillage de nourriture produit davantage de gaz à effet de serre qu’un pays dont le niveau d’activité se situerait juste en-dessous de ceux de la Chine et des États-Unis (en effet, l’énergie nécessaire pour produire, transformer, emballer, conserver et transporter des denrées est importante). C’est aussi un gaspillage d’eau et de ressources naturelles.

Tout le monde est concerné par le gaspillage alimentaire

Tous les acteurs économiques sont concernés par le gaspillage alimentaire et celui-ci peut être observé à tous les niveaux de la chaine : transporteurs, restaurateurs, distributeurs, transformateurs, producteurs, … et aussi les consommateurs (même s’ils affirment ne rien gaspiller). Néanmoins, il a été démontré que les consommateurs ne font généralement pas preuve de vigilance et jettent tout : une pomme oubliée sur la table, un fond de yaourt mis dans la poubelle, …

Les accidents ponctuels concernant les gros volumes et les accumulations de petites pertes quotidiennes résultent d’un manque de rigueur dans la gestion des stocks, du réfrigérateur, … et d’une mauvaise interprétation des dates de consommation.

Lorsqu’elles sont mises à bout, ces pertes finissent par avoir une grande influence : entre 22 et 32 kg de déchets par personne chaque année (soit environ un repas par semaine).

 

Un défi à relever ensemble

D’ici 2025, les pouvoirs publics entendent bien réduire de moitié le gaspillage sur toute la chaîne alimentaire.

Bien évidemment, la mobilisation de l’ensemble de la population est nécessaire pour atteindre cet objectif, et ce qu’il s’agisse des consommateurs ou des professionnels susceptibles d’avoir un réel impact en mettant en place de nouvelles méthodes de consommation.

Afin de mettre en évidence les plus importants leviers d’action, il est conseillé à chaque consommateur d’évaluer son niveau de gaspillage (pour ce faire, chacun peut par exemple peser ses déchets toutes les 2 à 3 semaines).

http://www.villeintelligente-mag.fr/Too-Good-To-Go–l-application-qui-fait-de-vous-un-heros-anti-gaspillage_a270.html

http://www.gouvernement.fr/argumentaire/reduire-le-gaspillage-alimentaire