« Du champ à l’assiette », tous impliqués

Les transformations alimentaires qui ont eu lieu au cours des dernières décennies sont à l’origine d’une forte augmentation de la production, mais également de nombreux problèmes. Les différents acteurs qui interviennent dans le processus de production ont tous leurs parts de responsabilité, du semencier au consommateur, en ce qui concerne la qualité de produit et d’enjeux environnementaux. Les consommateurs responsables ont un impact important sur la transformation des moyens de production et donc sur le fait de privilégier des circuits qui respectent l’environnement. Quelques notions sont importantes à savoir afin de faire des choix éclairés notamment : le monopole des semences, la culture locale, la production biologique.

Le monopole des semences par les multinationales

Les semences sont à la base de l’agriculture et le monopole de cet élément central par les multinationales signifie qu’ils possèdent pratiquement le plein contrôle sur l’agriculture mondiale. Autrefois, seuls les paysans produisaient leurs semences de manière à ce qu’elles soient adaptées à l’environnement et au sol qu’ils cultivaient. Aujourd’hui, certaines multinationales comme Monsanto sont productrices de semences qui mettent en danger la biodiversité. Leurs produits sont brevetés et autorisés à la culture agricole réduisant ainsi l’accès libre à de la nourriture diversifiée. Monsanto comme la plupart des multinationales se soucie davantage de générer des bénéfices que de penser au long terme et de protéger l’environnement. L’utilisation répétée de pesticides, d’additifs alimentaires ainsi que la production d’OGM, sont nocive non seulement pour la biodiversité, mais aussi pour la santé. On peut notamment penser aux conséquences des pesticides sur les nappes phréatiques, dans lesquelles on retrouve par la suite des résidus de produits phytosanitaires, dont le glyphosate, qui est suspecté d’être cancérigène. Ainsi, un consommateur averti devrait s’intéresser de plus près aux producteurs qui utilisent des semences paysannes, qui sont issues de l’évolution dynamique des variétés traditionnelles et donc qui ne proviennent pas de modification génétique en laboratoire. Aussi, l’utilisation d’additifs et de pesticides devrait susciter une certaine inquiétude chez les gens lorsqu’ils choisissent leurs produits.

Valoriser la culture locale

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les consommateurs responsables devraient choisir des producteurs locaux. D’abord, cela permet de créer un lien direct avec les producteurs tout en redécouvrant les fruits et légumes qui font partie du patrimoine local. Aussi, puisque les produits sont destinés à la consommation locale, ils n’ont pas à supporter de longs trajets et peuvent être cueillis à maturité. Ces derniers sont d’une fraîcheur inégalable et procurent une plus grande qualité nutritive. Par ailleurs, le fait d’encourager des producteurs locaux permet de soutenir l’économie de la région dans son ensemble. Privilégier les aliments locaux garantit l’occupation dynamique des terres agricole étant donné que l’argent dépensé continue de circuler à cet effet. Cela permet également de préserver le patrimoine : le savoir-faire des agriculteurs, la diversité des cultures, le paysage agricole, la fierté concernant la production, etc. Le fait de soutenir l’agriculture locale garantit la souveraineté alimentaire de la région. De plus, en consommant des produits locaux et de saison, il est possible de réduire le transport parcouru par les aliments et donc les effets néfastes sur l’environnement. Toutefois, le mode de transport utilisé peut grandement nuancer la quantité de gaz à effet de serre émise, il peut donc être judicieux de lire les étiquettes et de poser des questions au point de vente. Il est recommandé de choisir des produits de saison à la fois pour leurs goûts plus savoureux, mais aussi, car la production hivernale est beaucoup plus énergivore que la culture dans les champs. Enfin, choisir des aliments en vrac est un choix plus responsable, car ils nécessitent moins de transformation et d’emballage ce qui permet de réduire la quantité de déchets.

La production biologique

Les aliments biologiques sont l’ensemble des produits issu d’un mode de production ou de transformation qui est axé sur la protection de l’environnement, le maintien de la biodiversité, l’utilisation des ressources renouvelables et le recyclage. De plus, les producteurs biologiques s’attardent au bien-être et à la santé des animaux de leur élevage. Ils n’utilisent pas d’engrais ou de pesticides chimiques de synthèse. Les OGM ne sont pas autorisés et généralement proscrits, même pour la consommation animale. Les hormones de croissance, les antibiotiques, l’irradiation, les additifs alimentaires et agents de conservations synthétiques sont également toutes des techniques qui sont exclus dans la production biologique. Ainsi, les entreprises bioalimentaires doivent satisfaire aux normes qui sont énoncées dans le Cahier des charges. Il est d’ailleurs possible pour tous consommateurs responsables de s’informer sur les fermes et élevages locaux qui sont certifiés.

https://www.infochretienne.com/monopole-semences-entrainera-inevitablement-crise-alimentaire-mondiale/
https://www2.gouv.qc.ca/entreprises/portail/quebec/infosite?x=910117740